PATRICIA BOURGEOIS CARNETS AUTOUR DU MONDE

Artiste Plasticienne Navigatrice Papouasie Nouvelle Guinée îles Salomon Tour du Monde en voilier et en famille depuis le 25 sept 2007

Bahia do todos os Santos

Publié dans J Brésil

 

Itaparica et la remontée du Paraguaçu.

 

  La Baie De Tous Les Saints,

la plus grande baie de tout le Brésil.

 

Du 31 mai au 14 juin.

ITAPARICA 

                              Elle a connue ses heures de gloire ou les riches bahianais venaient se relaxer dans de belles demeures. La  jet set a désormais quitté les lieux et c'est devenu le rendez vous des étrangers et autres vacanciers. Nous sommes hors saison, les rues et les plages sont vides, c'est un peu trop calme... Hugues doit partir 10 jours en France se faire opérer du genou. Les cliniques privées de Savador sont hors de prix et nous économisons plus de 1000 Euros, billet compris. Nous devions être couverts, par la CAFAT, toute l'année suivant notre départ ; après vérification ce n'était que six mois. Nous  souscrivons à une assurance médicale négociée par le site « Sail the World ».

La marina est agréable, en face d'une source d'eau minérale, transformée en fontaine, datant de 1842 et non loin du Forte de Sao Lourenço (1711).

 

 

 

                         C'est le désert ; attirés par le son d'une musique enjouée, nous parcourons des ruelles de vielles maisons portugaises jusqu'à la place de l'église où nous assistons à une petite fête populaire :

 

le Brésil tel qu'on l'imagine. Ils sont accueillants, souriants, chaleureux, sans complexes ils se laissent  prendre en photo.

Un Dimanche à Itaparica
 
 
 
 

                         Il y a beaucoup de Français au Brésil et les prises de contact se font  facilement. Christian à la retraite, installé depuis un an avec sa femme Brésilienne, cuisinier, nous propose très gentiment de nous promener autour de l'île. Le village de Baiacou à marée basse, en fin d'après midi est un vrai bonheur photographique. Il y a tous les ingrédients propres au Brésil : les petites maisons colorées face aux barques de pêcheur qui retapent leurs filets séchant au soleil. Des chevaux broutent et regardent passer les promeneurs de cages à oiseaux. C'est une pratique très répandue, les Brésiliens aiment leurs volatils et se  déplacent avec la cage, comme si c'était un copain. Un terrain de foot est mis en place à chaque marée basse, les jeunes jouent en criant de plaisir. Les mamies vendent des sardines grillées devant l'église blanche

et bleu...

 

Au centre de l'île, dévorée par un banian gigantesque: la igreja Baiacu. 

 

L'église et le temps.

Les années passent, les religions, les cultures, les couleurs, s'entrelacent.Le brésil nait dans toute sa diversité.

 

 

 

 

La remontée du fleuve Paraguaçu.

 

Du 14 au 16 mai.

 

                     Après 15 jours extrêmement paisibles et ressourçant je redémarre avec grand plaisir en recevant le même jour, Hugues et son genou tout neuf, Jean-Thierry mon frère et un copain Thierry venus de Nouméa. Au programme : la remontée du Paraguaçu, un fleuve se jetant dans la baie de tous les saints. Une plongée paisible au cœur de la Forêt et de l'histoire, de vielles églises imposantes, gardiennes du passé, suivent notre progression. Elles sont majestueuses, au bord de l'eau, perdues au milieu de la végétation. J'imagine les efforts qui ont du être mis en œuvre pour construire, au XVII, de tels monstres. LO glisse doucement le long des rives luxuriantes de végétation, tout est calme, on entend les oiseaux.

 

 

 

 

Les acteurs

Jean-Thierry, Thierry et Hugues.

 

Antoine

 

Francine et Guillaume, skippers du Catamoana. Heureusement qu'ils étaient à Itaparica pendant l'abscence de Hugues. Nous nous sommes donné rendez-vous en Polynésie avec leur bateau.

www.le-Mahi-Mahi.com

 

Les skippers de LO, suivi du Catamoana.

 

 

 

 

Première étape,

Maragogipe.

 

 Connu pour son marché traditionnel du samedi matin. Malheureusement nous arrivons trop tard pour en profiter.

 

 

 

 

 

Sur le chemin,

San Francisco do Paraguaçu

 

 

 

 

Deuxième étape,

Santiago do Iguapé

 

          Un autre village derrière une église. Nous avons rendez-vous avec Kevin, un français qui tient une pousada sur la place. Sa moqueca de crabe (plat en sauce à base de lait de coco) est un vrai régal. Le long des rues, à intervalle régulier, les habitants installent de petits bûchers, ils préparent activement la fête de la Saint Jean.

 

 

 

 

 

            Le bus passe à Santiago tous les matins à six heure. Il faut une heure et demie pour atteindre La Cachoeira et Sao Félix, deux villages séparés par un pont au dessus du Paraguaçu. Le bus et les routes sont dans un état épouvantable, dehors c'est le brouillard de la jungle humide. Les locaux vont et viennent chargés de marchandises.

 

 

 

 

 

 

Cachoeira

            Ils sont producteur de tabac. Au XVIII il était considéré comme le meilleur au monde. Dans les annés 1820 la rébellion contre les portugais pris naissance sur la place principale. Cachoeira fut la première à reconnaître Pedro 1er comme souverain indépendant du Brésil.

 

 

 

 

 

LES BRESILIENS AIMENT LEURS OISEAUX. 

Petite promenade, à l'abri du stress de la lumière. 

 

 

Petite conversation entre amis.

 

 Petit bol d'air à la porte de mon coiffeur préféré.

 

 

 

 

 

 

 

 Sao Félix

Face au train de marchandises, long de plusieurs kilomètres, traversant la ville comme un escargot sur des rails incrustrés dans les pavés: une autre époque.

 

 

 

 

 

 

 JT et Antoine.
 
 
 On prépare la fête de la Saint Jean en achetant des pétards, c'est la coutume locale. Les enfants se régalent d'avance!
 
 

 

Contact: le livre d'or ou huguesetpatriciabourgeois@gmail.com


Publié à 02:11 , le 23 octobre 2008, Brésil
Mots clefs : marée bassevillage de pêcheurbanianFleuve



Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

La carte des lieux visités





Derniers articles
- Ua Uka, île des Marquises
- Tahuata, île des Marquises
- Hiva Oa, le dernier refuge de Gauguin et de Brel aux Marquises
- Arrivée sur les Marquises, Fatu Hiva
- la traversée du Pacifique
- Le canal Bolivar entre l'île de Isabela et Fernandina
- Isabela, Galapagos
- Arrivée aux Galapagos
- La traversée de Panama aux Galapagos
- départ de Panama vers Las Perlas
- Panama City
- Le Canal de Panama
- Panama et les îles Sanblas
- Carthagène, la plus belle ville coloniale d'Amérique du sud
- Cuba
- Haïti
- Saint Domingue
- Trinidad
- Tobago
- Guyane Française
- Vers la Guyane
- Lençois
- Fortaleza
- Jacaré
- retour Salvador
- Carte de route en Amérique du Sud
- La Paz
- Sucre
- Potosi, la ville la plus haute du MONDE
- Las Lagunas Coloradas et le Salar de Uyuni
- Le désert de ATACAMA
- Valparaiso
- Santiago du Chili
- Buenos Aires.
- Les Chutes d'Iguaçu
- Rio de Janeiro
- Chapada Diamentina
- Bahia do todos os Santos
- Brésil, premier contact, Salvador de Bahia
- Traversée de l'atlantique, entre Sainte-Hélène et le Brésil
- St Helène, l'île forteresse au milieu de l'Atlantique
- De la Namibie vers St Hélène
- Walvis bay, port Industriel, Namibie
- Naviguer le long des dunes
- Namibie pays poétique
- de l'Afrique du Sud à la Namibie
- Cape Town
- LE PASSAGE DU CAP DE BONNE ESPERANCE
- Port Elizabeth et Addo elephant park
- Durban, la ville Africaine du Kwazulu Natal
- Zulu Kingdom
- Entre le Mozambique et l' Afrique du Sud
- Retour a MAPUTO
- 3 jours au Swaziland
- Descente du Mozambique.
- Aterrissage en Afrique
- La traversée du Canal du Mozambique
- Descente de la côte ouest de Madagascar
- Madagascar, Bref Historique
- Nosy Bé, hell ville, au royaume des 4L et des zébus



Rubriques
- A Nouvelle Calédonie
- B île Maurice Océan Indien
- C la Réunion Océan Indien
- D Madagascar
- E Mozambique
- F Afrique du sud
- G Namibie
- H Océan Atlantique
- I Sainte Helène
- J Brésil
- K Argentine
- L Chili
- M Bolivie
- N Guyanne Française
- O Trinidad et Tobago
- P Saint Domingue
- Q Haiti
- R Cuba
- S Colombie
- T Panama
- U Galapagos
- V Marquises

Mes amis
- entilisie